lundi 15 janvier 2018

à remiser au musée

Les ancêtres de nos petites têtes brunes avaient une sous-culture de quai de gare. Je viens de retrouver un vieil Almanach Vermot avec une blague par jour.
 
"Dédé le camionneur musclé prit en auto-stop une Brésilienne bronzée..."
    - homophobe !
"Dans un compartiment de train un Juif demande à un Arabe..."
    - fasciste !
"Julie demande à Jules de sortir le chien pour ses besoins..."
    - suprémaciste !
"Un aveugle avait posé sa canne blanche contre un mur..."
    - discrimination !
"Doume appelle de Marseille son vieux père à Ajaccio..."
    - ah non !
"En sortant du pub un Ecossais trouve sur le trottoir..."
    - scandaleux !
"Un rabbin, un curé et un moufti arrivent au Paradis..."
    - pas d'amalgame !
"Une nuit Ali Baba suivit secrètement les quarante..."
    - diffamation sans preuve !
"La mère de Toto l'envoya acheter des saucisses..."
    - censuré !
"Trois copains d'école Luigi, Helmut et François..."
    - néonazi !
"Mujo (Munib) va voir son copain Haso (Hasan)..."
    - un mot de plus et je vous dénonce !
"Un client polonais entre dans sa banque..."
    - ça commence mal !
"C'est un Belge qui demande des frites..."
    - insultant !
"Le gros Hardy et le maigre Laurel..."
    - 17° chambre !
"Marius rencontre Olive au bistrot..."
    - cliché de vieux con rétro !
"Eh dis donc là, présentement..."
    - raciste !
"Monsieur regarde Madame..."
    - machiste !
"Une blonde..."
    - sexiste !
"Sans paroles"
    - votre regard en dit long !
 
En ce début 2018, j'ai brûlé le recueil de blagues de mon père avant que mes enfants le trouvent et s'attirent des ennuis. Si quelqu'un connaît de l'humour qui ne soit pas moquerie de l'autre, qu'il me fasse rire. Sinon, brûlons ensemble notre passé de méchants. Et bonne année quand même.

Aucun commentaire:

vulnérabilité télébancaire nationale

Avertissement, les considérations qui suivent n'émanant ni d'un banquier ni d'un télématicien, elles peuvent être incomplète...