lundi 4 décembre 2017

où va le bitcoin

Le profane se demande jusqu'où ira le bitcoin, qu'on pourrait traduire en français par la "pièce d'un rien". La réponse est simple, à terme sa valeur marchande rejoindra inévitablement sa valeur intrinsèque.
 
En tout cas il faut tordre le cou à quelques idées fausses.
 
Le bitcoin n'est pas un moyen de paiement. D'abord, la première qualité d'un moyen de paiement est sa stabilité, or le bitcoin est très instable, comme le montre le décuplement de sa valeur depuis le début de cette année, sans oublier son doublement en un mois, son gain ou sa perte de 10 ou 15% en quelques jours, ou plus simplement la multiplication de sa valeur par cent en cinq ans ou dix mille en dix ans. Quand on passe un marché d'achat-vente avec un client ou un fournisseur, avec paiement à soixante jours par exemple, on ne peut pas se permettre de le fixer en une unité de compte qui peut valoir trois fois plus ou trois fois moins au moment du paiement, et aucune compagnie d'assurance à l'exportation ne couvrirait un tel risque de change. Le bitcoin n'a pas de cours légal et n'est pas un moyen de paiement légal comme des espèces, un chèque, une carte ou un virement que l'on n'a pas le droit de refuser, du moins selon la loi même si certains gouvernement imposent désormais des montants limites de paiement pour chaque mode de paiement. On peut refuser d'être "payé" en bitcoin puisque, tout, simplement, ce n'est pas un mode de paiement.
 
En vérité les transactions effectuées en bitcoin relèvent du troc, le service ou le produit fourni étant compensé par un produit électronique coté. Mais c'est du troc au coup par coup selon la valeur accordée au bitcoin à un moment donné par la partie qui l'accepte en lieu de paiement, contrairement au troc au moyen d'un produit qui comporte une valeur propre, comme par exemple une voiture d'occasion cotée à l'argus ou, plus sérieusement, le sel utilisé au Sahara et dont on connaît depuis des générations, à peu de variation près, quel poids il en faut pour un chevreau, un burnous ou un revolver.
 
Le bitcoin n'est pas un actif financier ou une valeur de placement. Un placement est une immobilisation dont la finalité est de conserver sa valeur, soit en tout temps soit du moins à une certaine échéance. Les métaux précieux, certaines matières premières et les biens immobiliers ont cette particularité d'apporter une certaine sécurité en termes de conservation de la valeur. C'est notamment ce qu'on dit de "la brique", qui est censée ne jamais vraiment baisser sur le long terme même si elle peut connaître des variations à court terme. C'est aussi le cas des objets d'art et des bijoux, qui sont des refuges de valeur dont on ne peut pas espérer le moindre rendement régulier mais dont on sait que, à la revente, on rentrera au moins dans ses fonds, éventuellement avec une plus-value. Si l'on veut assurer la conservation d'u patrimoine afin de préparer sa transmission par héritage à une date inconnue, on effectue un placement.
 
Le bitcoin n'est pas une valeur d'investissement. Posséder du bitcoin ne procure aucun revenu, ce n'est qu'à la revente qu'on peut espérer un gain au moyen d'une plus-value, d'ailleurs tout à fait licite si elle est déclarée et taxée. Au contraire un investissement est une immobilisation effectuée dans le but d'une rente, c'est-à-dire d'un rendement, que celui-ci soit régulier ou pas. L'achat d'une obligation, c'est-à-dire la souscription à un emprunt d'Etat donnant lieu à versement d'intérêts, est un investissement. L'achat d'une action, c'est-à-dire d'une part de capital d'une entreprise qui affecte une partie de son bénéfice à la rémunération de son capital, est également un investissement, en plus d'être aussi la participation réelle à une entreprise économique collective qui comporte, en contre-partie de l'espérance de gains, le risque de pertes, y compris d'ailleurs de perte du capital apporté. Mais quand la presse économique des pays capitalistes, sans oublier la page économique de la presse socialiste de ces mêmes pays, sonde et diffuse inlassablement l'opinion de ce qu'elle appelle systématiquement "les investisseurs" dans les salles de bourse, elle sert évidemment la spéculation en désinformant son lectorat. Un investisseur est un acteur économique du pays réel, pas un boursicoteur qui achète pour revendre dès qu'il voit une plus-value, et que certains pays capitalistes inconséquents autorisent même à vendre avant d'avoir acheté ce qui pousse les titres à la baisse. Celui qui vit de la bourse n'est pas un investisseur mais un spéculateur.
 
Le bitcoin est un outil de spéculation. On ne l'achète pas pour l'utiliser comme moyen de troc, car on regretterait toujours de ne pas l'avoir conservé un peu plus longtemps. On l'achète essentiellement pour l'appât du gain à la revente. Le bitcoin a certes été promu avec une couverture de "monnaie" mais c'était de la publicité mensongère puisque frapper monnaie est un privilège souverain, donc un attribut de la souveraineté même s'il peut être délégué ou concédé à une entité privée comme par exemple aux Etats-Unis d'Amérique (le dollar) ou en Chine (la pataca). Son véritable argument de vente, une fois assuré qu'il serait impossible d'imprimer des faux, était que la frappe totale, bien qu'étalée dans le temps, serait limitée à une quantité connue dès le départ. Il s'agissait évidemment de générer un sentiment de rareté initiale (puis de ruée après l'engouement), l'offre devant toujours rester inférieure à la demande. L'émission initiale était limitée, et de nouvelles unités ne sont émises qu'à l'occasion et au moyen du traitement des transactions des unités déjà en circulation, ce qui est une forme de rémunération de ce traitement qui ne coûte rien au génial concepteur du système, qui assure aussi qu'il y aura compétition pour assurer ce traitement, et qui garantit qu'il n'y aura plus d'émission si les unités déjà émises ne circulent pas c'est-à-dire si la demande fléchit. Cet argument de l'émission totale limitée était aussi important dans le contexte de l'impression effrenée de la principale monnaie mondiale, le dollar états-unien, dont la dématérialisation croissante permet une impression théoriquement illimitée ne pouvant déboucher que sur son hyperdévaluation à terme.
 
La spéculation est évidemment facilitée par la volatilité du cours, avec de fortes baisses et hausses brutales que le spéculateur entend anticiper. Mais cette volatilité a un coût, tout comme la haute mobilité d'un outil qui doit changer de mains pour que se réalise la plus-value. Le système de suivi de chaque bitcoin et d'authentification de chaque transaction, en direct et par l'ensemble du réseau, consomme une montagne de communications et de capacités de traitement. Quand il y avait deux acteurs il n'y avait que deux types d'opérations possibles, A vendre à B ou B vendre à A. Lorsque cette population a augmenté de 50% par l'arrivée d'un troisième acteur, le nombre de types d'opérations possibles entre eux a augmenté pour sa part de 200% en passant à six. Et ainsi de suite, lorsque le nombre d'opérateurs est passé de 100 à 101 il n'a crû que de 1% mais le nombre de type d'opérations possibles a encore crû de 2%, passant de 9900 à 10100 types d'opérations possibles entre 101 acteurs. La traçabilité garantie de l'authentification impose le suivi de chaque bitcoin depuis son émission, qui transporte ainsi avec lui l'historique cumulé de ses transactions. C'est d'ailleurs ce qui permet à certains services fiscaux gouvernementaux d'assurer qu'ils peuvent ramener les transactions relatives au bitcoin dans la sphère de l'économie licite taxée, tant par l'imposition des plus-values dans le pays de leur réalisation que par l'application des contrôles de change dans les nombreux pays où toute introduction ou exportation de valeurs supérieures à 10000 dollars doit être déclarée. Sauf erreur les promoteurs du bitcoin continuent d'assurer qu'il garantit l'anonymat puisqu'il est "au porteur" et pas nominatif (détention vaut propriété) et les services fiscaux les prennent au mot en disant que puisque le gage d'authenticité est la traçabilité de toutes les opérations depuis l'émission d'un bitcoin une bonne capacité de calcul depuis l'émission permettra de trouver le propriétaire actuel... voire le multimilliardaire inventeur à la Ponzi dont l'identité est paraît-il encore inconnue.
 
Il y a certainement des enjeux politiques majeurs pour lesquels on a laissé se développer le bitcoin pour nuire aux métaux précieux mais on ne le laissera pas devenir une valeur-refuge susceptible de remplacer le dollar dans les réserves de trésor souveraines. De toute façon il porte sa fin en lui par la lourdeur cumulative de son traitement. On se souvient que les premiers traiteurs de bitcoin, ces amateurs qui y croyaient et y passaient leurs nuits dans leur garage, sentirent rapidement le besoin de capacités de traitement toujours plus grandes et plus rapides. Il leur fallait être connectés, mais il leur fallait surtout fournir de grosses capacités de traitement au système, quitte pour certains à pirater et asservir des flottes d'ordinateurs tiers. Aujourd'hui leur principale préoccupation est le coût de l'électricité, et on les voit comparer le prix du kilowatt-heure sous des cieux exotiques variés pour délocaliser leur activité... sans omettre néanmoins le facteur refroidissement des machines. Or non seulement les prix de l'électricité de par le monde sont en voie d'homogénéisation, parce que c'est un bien non stockable facile à exporter, mais de plus ces prix sont à la veille de hausses considérables dues à la hausse sans fin de la demande, et à l'amoindrissement de certaines sources de production (d'électricité et d'autres énergies), pour des raisons environnementales ou tout simplement de raréfaction des matières premières et de renchérissement de l'extraction de leurs reliquats. La quantité de transactions augmente encore (il baissera avec la désaffection de la fin), le poids électronique de chaque transaction et de chaque bitcoin augmente sans fin et les promesses de "simplification" de chaîne par abandon d'une partie de l'historique ne peuvent que nuire à un système dont l'infaillibilité n'est garantie que par l'exhaustivité et qui n'a, faut-il le rappeler, qu'une dizaine d'années. Les opérateurs du système, qui s'appellent eux-mêmes "mineurs" mais qu'on appellerait volontiers sapeurs tant leur travail de mine s'apparente à de la sape, sont certes rémunérés par l'émission de bitcoin mais selon un tarif dégressif conçu pour attirer beaucoup de mineurs dès le début mais réduire le coût du système une fois lancé. Bien sûr l'émission d'un bitcoin (une unité) en 2017 est cent fois plus rémunératrice que l'émission d'un bitcoin en 2013 mais le travail nécessaire, et la capacité de calcul automatisé investie pour ce travail, va croissant, et les cours ne pourront indéfiniment être des cours de spéculation. A un certain moment les cours plafonneront et l'intérêt des spéculateurs qui sentiront l'approche d'un plafond baissera. A un certain moment surtout, la consommation électrique nécessaire au maintien du système bitcoin sera prohibitive et les sapeurs abandonneront la mine.
 
La facilité (relative) de création du bitcoin à partir de rien et son succès économique inouï ont évidemment suscité l'apparition d'ersatz (ethereum...), qui prennent déjà le relai dans les portefeuilles de spéculateurs. Car les spécialistes savent pertinemment qu'à un terme que le profane ne saurait déterminer, la valeur marchande du bitcoin rejoindra inéluctablement sa valeur intrinsèque, c'est-à-dire zéro. Le jeu des spéculateurs consiste donc essentiellement à essayer de discerner entre une baisse qui est l'occasion d'acheter avant la prochaine remontée des cours, et la baisse qui sera le début de l'effondrement total qui laissera des illusionnés ruinés. Les premiers montés dans le train se sont maintenant constitué de vraies fortunes et peuvent être prêts à sauter à tout moment, laissant leur place aux derniers montés qui iront à l'écrasement contre le mur. Les plus âpres au gain joueront à "la fureur de vivre" en se jurant de ne pas sauter les derniers.
 
Une transaction de bitcoin consomme actuellement 261 kilowatt-heures, et 350000 transactions sont effectuées chaque jour (413000 le 30 novembre). L'Agence Internationale de l'Energie note que le système bitcoin consomme déjà plus d'électricité que les trois-quarts des pays du monde pris individuellement. La courbe à moyen terme de l'indice de consommation énergétique du bitcoin (ou Bitcoin Energy Consumption Index) calculé par Digiconomist indique que la maintenance du système consommera dès 2020 la totalité de l'électricité produite dans le monde. En ce qui concerne par exemple le mois dernier, la quantité d'électricité consommée par le bitcoin a augmenté d'un quart entre le 3 novembre et le 2 décembre 2017 (de 24,7 à 31 térawatt-heures). Quand bien même ce serait physiquement possible par un doublement de la production mondiale d'électricité, il est économiquement impossible de financer ce traitement, et il est inconcevable que la capitalisation du bitcoin représente alors l'équivalent de toute l'économie consommatrice d'électricté aujourd'hui. Donc si la projection de Digiconomist est exacte cela signifie évidemment que le bitcoin n'existera plus dans trois ans. Le dernier sapeur qui éteindra son ordinateur en recevant sa facture d'électricté pourra effacer les unités de bitcoin qu'il n'aura pas réussi à vendre à quelque crédule la veille. Le dernier acheteur pourra, lui, sinon encadrer sous verre, du moins imprimer en petits caractères le code de son premier bitcoin pour l'afficher sur les murs, les vitres et les plafonds de son gratte-ciel, si ça entre.

Aucun commentaire:

tant qu'à déstabiliser...

Tant qu'à déstabiliser, déstabilisons toujours plus gros, pense-t-on chez la première puissance déstabilisatrice mondiale et chez sa...