vendredi 6 novembre 2015

crise de sécurité attendue vendredi 13 prochain

En rétablissant le contrôle aux frontières vendredi 13 novembre, le gouvernement français démontre que, comme d'habitude, il contrôle la situation avant même que la crise n'apparaisse. En effet le ministre de l'intérieur lui-même dit craindre la menace terroriste et le risque de trouble à l'ordre public.
 
Ce contrôle sera donc appliqué très strictement envers les ressortissants de l'espace Schengen comme du reste de l'Union européenne. L'heure est grave, on craint que des Européens achètent légalement des billets de train ou d'autobus, accompagnés de réservations nominatives, pour s'infiltrer à l'avance afin de manifester à l'occasion du sommet COP21 sur le climat qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre.
 
Surtout pas d'amalgame, la menace heureusement traitée n'a rien à voir avec le million de hors-la-loi (dont l'essentiel prie cinq fois par jour pour le châtiment des mécréants) qui a fait illégalement irruption cette année dans l'espace Schengen en enfonçant les frontières européennes par effraction, que le gouvernement français a officiellement encouragés à se refuser à tout contrôle d'identité, et auxquels les contribuables de toute l'Union européenne offrent la gratuité du transport (et du logement) intra-européen de masse, en toute préservation de leur anonymat bien entendu.
 
Le contrôle exceptionnel des Européens entrant en France sera d'ailleurs levé dès la fin du sommet, en accord avec l'accord de Dublin dont la France interdit à la Hongrie (et consoeurs) d'appliquer la contrepartie, à savoir le contrôle aux frontières extérieures.
 
Le ministère ne dit pas ce que devront faire les agents de contrôle au cas où une personne d'apparence européenne répondrait qu'elle appartient à la catégorie dont la clandestinité est garantie. Il est vrai que la question a été discrètement réglée d'avance le 31 décembre 2012, pendant que les Français faisaient leurs emplettes de réveillon.

Aucun commentaire:

ces mercenaires français rappelés du Levant

La presse française diffuse depuis quelques semaines une campagne de communication criminelle. La profusion et la simultanéité de la paru...