jeudi 4 septembre 2014

états d'âme hypocrites de la diplomatie française

La France s'émeut du décès du journaliste russe Andreï Sténine, présente ses condoléances à sa famille et souhaite que lumière soit faite sur les circonstances de son décès (communiqué officiel www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/ukraine/evenements-12944/article/ukraine-deces-d-un-journaliste-115012).
 
Par discrétion pro-ukrainiste la France omet de s'émouvoir du décès, dans les mêmes circonstances (et d'ailleurs dans la même voiture) bien que moins médiatisé, des autres journalistes russes Sergueï Korentchenkov et Andreï Vyatchalo. Elle omet aussi de présenter ses condoléances aux familles des dizaines de réfugiés ukrainiens massacrés le 6 août en même temps que ces trois journalistes, dans ce convoi d'une douzaine de voitures civiles fuyant Snejnoye en direction de Dmitrovka, que l'armée gouvernementale ukrainienne (vraisemblablement la 79° brigade aéromobile) a formellement identifié, attaqué et fixé par le feu d'un BMP2 (canon de 30 mm) et la mitrailleuse d'un char de combat, pilonné au mortier après son immobilisation, achevé voiture par voiture à la Kalachnikov, visité le lendemain 7 août par des officiers supérieurs ukrainiens qui ont pillé tout ce qui restait dans les épaves, puis enterré au lance-roquettes multiples ("orgues de Staline") Grad. Quant à la "lumière sur les circonstances" d'un décès dans ces conditions, on peut se demander quels détails supplémentaires attend la France (qui en sait certainement plus que vous et moi) pour condamner ce crime de guerre (pas sur trois journalistes mais sur des dizaines de civils) et lancer contre le gouvernement ukrainien une riposte humanitaire, sinon similaire à celle lancée contre la Serbie après l'accrochage de Račak (78 jours de bombardements intensifs), du moins suffisante pour renvoyer définitivement l'armée kiévienne à l'ouest du Dniepr.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bravo pour votre courage. Il est bon que ces choses là soient dites.
La positions de la France sur l'Ukraine, comme sur la Syrie d'ailleurs est une pure honte. On se croirait revenu au régime de Pétain où touts les bien pensants collaboraient joyeusement avec les plus nazis. Ce qu'ils font d'ailleurs en ce moment en Ukraine.
N'ont-ils donc aucun honneur?

ces mercenaires français rappelés du Levant

La presse française diffuse depuis quelques semaines une campagne de communication criminelle. La profusion et la simultanéité de la paru...