samedi 30 août 2014

les BMP capturés sur l'armée galicienne volent bas

A raison désormais de 40 km par jour en l'absence d'armée ex-ukrainienne toujours concentrée dans le Donbass à raser les villes, l'armée d'auto-défense novorusse peut atteindre le Dniepr la semaine prochaine (le premier pot de fleurs T34 turboïsé arrivé à Zaporojie recevra son bouquet de libérateur à Kherson). Les quelques régiments mobilisés galiciens de type soviétique ou hordes mercenaires néo-banderistes anglophones restés au sud de la rocade et du fleuve (s'il y en a) se rendront dès l'épuisement de leurs rations états-uniennes. Une fois qu'il aura compris qu'aucune division polonaise ou canadienne ne viendra assujettir Dniepropetrovsk à Bruxelles, le régime issu du coup d'état du 22 février tentera alors de négocier sa survie à Kiev contre une fédéralisation ou un partage d'Odessa et Kharkov. L'ex-capitale d'un pays de 45 millions d'habitants sera à la merci de la première escouade bicycloportée de gardes suisses venue nuitamment du Lichtenstein. Les journaleux français, si prompts à oublier l'avion malaisien dès que les enquêteurs internationaux ont commencé à parler, cesseront sans explication de publier aveuglément les cartes triomphalistes imaginées à Kiev et prétendant encore avant-hier que Donetsk avait été séparée et Lougansk totalement isolée. La Novorussie nous aura rappelé quelques vieux trucs tactiques (qu'on n'étalera pas pour l'instant), et la nomenklatura mafieuse de Kiev nous aura rappelé plusieurs principes stratégiques à ne mépriser que si l'on cherche vraiment une défaite rapide en croyant que ça fera venir Tonton Samuel.
 
N'achetez pas votre agenda 2015 cette semaine, attendez la rentrée scolaire ou votre carte d'Europe sera fausse.

Aucun commentaire:

ces mercenaires français rappelés du Levant

La presse française diffuse depuis quelques semaines une campagne de communication criminelle. La profusion et la simultanéité de la paru...