vendredi 2 mai 2014

les fantoches qui tirent plus vite que bon nombre

- 30 avril 2014 au matin : le "président" autoproclamé d'Ukraine Tourtchinov reconnaît que l'armée ukrainienne n'imposera pas aux régions légalistes de l'est le régime issu du coup d'état du 22 février (une bonne partie des troupes envoyées ont déserté au contact de la population civile avant même que l'état-major annonce que l'armée ne tirerait pas sur la population) ;
- 30 avril : suite à la fraternisation de l'armée ukrainienne avec la résistance au coup d'état du 22 février, le "président" putschiste Tourtchinov annonce qu'il va être créé dans chaque région d'Ukraine des bataillons de défense territoriale utilisables comme un corps de manoeuvre, en faisant appel à tous les patriotes même sans formation militaire ;
- 30 avril : le chef Iaroch du mouvement national-socialiste Pravy Sektor déclare que ses milices constitueront ces bataillons ;
- 30 avril après-midi : le chef de cabinet intérimaire Pachinski annonce que sept bataillons de défense territoriale sont déjà formés ;
- 30 avril au soir : la municipalité de Kiev annonce des exercices militaires surprise dans la nuit du 30 au 1er, ce que le ministère de la défense dément mais on entend des mouvements terrestres et aériens pendant la nuit ;
- 1er mai : selon Associated Press, l'adjoint au secrétaire général de l'OTAN Vershbow (états-unien) a annoncé que l'OTAN considère désormais la Russie comme son ennemi ;
- 1er mai matin : l'état-major interarmées ukrainien annonce que le nouveau régime lancera (en violation des accords du 17 avril) un assaut général contre les régions résistantes le 2 mai ;
- 1er mai : l'offensive contre les régions orientales de l'Ukraine est confiée au directeur de la Sécurité (et agent de la CIA) Nalivaïtchenko et au chef du mouvement extrémiste Pravy Sektor Iaroch, au lieu du ministre intérimaire de l'intérieur Avakov ;
- 1er mai : l'ordre d'attaque confié à Nalivaïtchenko lui donne seulement 24h pour soumettre l'est de l'Ukraine au nouveau régime "quel qu'en soit le prix" ;
- 1er mai : compte tenu du faible résultat du recrutement de mercenaires géorgiens, de la petite taille de l'unité militaire privée états-unienne identifiée, et du refus de l'armée régulière ukrainienne de participer au massacre de la population, aucune source fiable n'est en mesure d'indiquer l'origine des sept bataillons institués, recrutés, armés et formés en quelques heures (ou amenés de l'étranger) le 30 avril ;
- 1er mai après-midi : la Russie avertit qu'un acte aussi criminel et irresponsable qu'une offensive générale contre les populations réfractaires au coup d'état aurait des conséquences catastrophiques, et exhorte le pouvoir ukrainien, les Etats-Unis et l'Union Européenne (co-signataires des accords du 17 avril) à examiner soigneusement les conséquences d'une telle action ;
- 2 mai 0h00 : aucun pays ni aucune organisation internationale n'a exprimé la moindre objection à l'agression planifiée et annoncée par le gouvernement ukrainien pour le 2 mai ;
- 2 mai 2014 à l'aube : huit millions de Russes d'Ukraine regardent vers la frontière artificielle au-delà de laquelle se trouvent les brigades russes capables d'empêcher leur massacre.

Aucun commentaire:

ces mercenaires français rappelés du Levant

La presse française diffuse depuis quelques semaines une campagne de communication criminelle. La profusion et la simultanéité de la paru...