lundi 11 juin 2018

déchéance diplomatouite

La France doit urgemment se doter d'un gouvernement sérieux, elle n'est pas les jeunes Etats-Unis d'Amérique et elle a un rang à tenir.
 
Le 6 juin les ministres français de l'économie et des affaires étrangères ont annoncé, en priorité exclusive (diffusée ensuite par la presse) à leurs "suiveurs" touiteurs qu'ils avaient envoyé l'avant-veille une lettre, cosignée par leurs homologues anglais et allemands, à leurs homologues étatsuniens pour leur demander d'exempter les entreprises européennes des sanctions réinstallées par les Etats-Unis envers les entreprises commerçant avec l'Iran. Cette lettre, jointe au touite des ministres, est d'un contenu atterrant, au-delà de la langue unique choisie et d'un ton implorant indigne de ministres de pays souverains. Tout d'abord elle parle de "sanctions" imposées par les Etats-Unis en semblant leur reconnaître une validité, au contraire de l'esprit du droit international depuis plusieurs siècles, et de la charte des Nations Unies qui réserve au Conseil de Sécurité ce type de mesures coercitives envers un Etat membre (articles 2, 33, 37, 41 et 50). Ensuite elle reconnaît des "effets extraterritoriaux" auxdites mesures coercitives étatsuniennes, au contraire du principe juridique élémentaire de la compétence territoriale d'une juridiction, et du principe de la souveraineté des Etats. Elle prend soin de requérir l'absence d'application de ces prétendus effets extraterritoriaux seulement "à l'intérieur du territoire légal de l'UE", semblant accepter par là une juridiction étatsunienne ailleurs, par exemple dans les eaux internationales et sur le territoire iranien. Elle demande aux Etats-Unis "d'accorder une exemption" desdites mesures coercitives aux entreprises européennes, reconnaissant là encore leur validité et présentant l'exemption comme une faveur. Elle demande que les Etats-Unis confirment publiquement que les secteurs de la santé et de la pharmacie sont exempts de mesures coercitives, ce qui leur concède une autorité que même le Conseil de Sécurité n'a pas puisqu'il ne peut frapper ces secteurs. Elle demande aux Etats-Unis d'accorder des exemptions (encore comme une faveur) pour maintenir les flux financiers, ce qui leur concède de nouveau une autorité supra-étatique, et y inclut expressément la messagerie financière SWIFT, leur offrant ainsi une autorité politique sur une entreprise belge. Ensuite cette lettre demande aux Etats-Unis de "réaffirmer l'exemption des comptes bancaires d'ambassades", ce qui les investit de l'autorité de confirmer ou de révoquer le droit international des relations diplomatiques, défini par plusieurs conventions. Enfin cette lettre est contresignée par Federica Mogherini, comme si les trois pays européens signataires de l'accord avec l'Iran (dit JCPoA) avaient perdu leur souveraineté depuis lors. Il est difficile de savoir si ce touite était en réalité destiné aux quelques milliers de "suiveurs" des ministres signataires ou, par l'intermédiaire de la presse, aux entreprises commerçant avec l'Iran, mais le procédé, nouveau en matière diplomatique interétatique, choque.
 
Tous les contacts écrits entre autorités politiques de part et d'autre de l'Atlantique seront-ils désormais étalés de la sorte, l'avenir le dira et dispensera peut-être ces Etats, au protocole autrefois exemplaire, d'échanger des ambassadeurs professionnels.
 
Par ailleurs, on ne commentera pas les pratiques du grossier clown étatsunien en matière de communication interétatique, ses insultes télématiques envers ses pairs chefs d'Etat différant peu de son langage oral. Mais on ne peut que déplorer que l'intérimaire institutionnel qui représente la France dans le monde recourre au même procédé avec toute la spontanéité précipitée de son ignorance, alors qu'à l'oral il lit des discours préparés par des conseillers lettrés. Ainsi, sans plus de manières qu'un premier ministre australien annonçant en 2014 qu'il "plaquerait" le président russe dès son arrivée à Brisbane, le président français a prétendu demander par Twitter, le 7 juin, à cinq autres membres démissionnaires du G8 de mettre à l'écart le sixième, en l'occurrence le président Trump. Quand bien même les cinq chefs de gouvernement en question seraient tous des abonnés aux touites du président Macron, cet appel peu diplomatique lancé à son public électronique aurait dû n'être proféré qu'en personne, en groupe restreint ou en privé à chacun des cinq interlocuteurs de haut rang, de la même manière d'ailleurs que le président Obama avait approché certains de ses homologues dans les couloirs d'un Sommet International sur la Sécurité Nucléaire à La Haye en mars 2014 pour leur enjoindre de ne pas se rendre au G8 des 4 et 5 juin à Sotchi (www.stratediplo.blogspot.com/2015/08/fronde-au-sein-du-g8_28.html). Après deux jours d'enfantillages onéreux pour les peuples des sept pays démissionnaires du G8, le président étatsunien a rendu la monnaie de son jeton au président français en refusant de signer la déclaration commune des six autres, d'ailleurs vide. Il avait aussi auparavant attiré l'attention des journalistes en touitant, en chemin vers La Malbaie, que la Russie devrait être présente à cette réunion, comme si le président russe devait être prêt à sauter dans un avion hypersonique à toute requête, lancée en l'air ou sur les ondes, de venir s'associer aux sept pays qui ne s'étaient pas présentés au dernier sommet du G8, en Russie. Peut-être pour se faire pardonner par son homologue étatsunien, après avoir a d'abord touité que les quatre participants européens à la réunion de La Malbaie étaient unanimement d'accord pour ne pas revenir au G8, le président français a subitement touité que la Russie serait bienvenue (au sein des membres démissionnaires du G8) à condition que "les accords de Minsk sur l'Ukraine soient respectés". Il s'est donné là l'occasion de confirmer son ignorance totale de l'histoire très récente du continent, où d'une part les accords de Minsk de septembre 2014 ont été signés, à l'initiative du président russe, plusieurs mois après l'absence des sept membres antirusses au sommet du G8 de juin 2014 (donc sans rapport avec les futurs accords de Minsk), et où d'autre part c'est le pouvoir issu du coup d'Etat du 22 février 2014 en Ukraine qui violait régulièrement les accords de Minsk (comme le constatait chaque fois l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) avant de s'en retirer totalement et unilatéralement, par sa Loi sur la Réintégration du Donbass du 20 février 2018.
 
Tout cela ne fait pas très sérieux.
 
Pour paraphraser le petit Tweety, "j'ai bien cru voir un Gros Minable - mais oui, j'ai bien vu un Gros Minable".

Aucun commentaire:

la fin d'un mythe

Il était une fois dans un pays lointain un roi zélé, qui avait décidé de rattraper le retard pris par son pays par rapport aux recomman...