mardi 29 mai 2018

Jaruzelski sicilien

Le président italien Sergio Mattarella ne voulait pas finir comme son frère Piersanti.
 
Pourtant après la conclusion des longues négociations interpartisanes qui ont suivi les élections législatives du 4 mars il avait décidé de confier la formation d'un gouvernement à Giuseppe Conte, sur lequel avaient fini par s'entendre d'une part la coalition menée par la Ligue et Force Italie qui avait gagné dans le Nord (avec un score national de 37%) et d'autre part le mouvement Cinq Etoiles qui avait gagné dans le Sud (avec un score national de 32%), sans majorité nationale l'un ou l'autre mais défaisant ensemble (lui laissant un score national de 23%) la coalition du gouvernement sorti fin décembre. Le président Mattarella a donc nommé Conte premier ministre le 23 mai.
 
Entre parenthèses, le cataclysme politique révélé par ces élections est la victoire relative du mouvement protestataire populaire Cinq Etoiles qui a obtenu deux fois plus de votes que la Ligue, deux fois plus de votes que Force Italie, plus de votes que les deux ensemble et presqu'autant de votes que la coalition regroupée autour des deux. Avec, aussi, presque deux fois plus d'électeurs que le Parti Démocrate sortant, le mouvement populaire prônant l'auto-gouvernement démocratique sans partidocratie (et exigeant la virginité pénale des politiciens), la décroissance économique durable en douceur et l'interruption de l'invasion mahométane est clairement devenu la première force politique du pays, pas encore majoritaire dans l'absolu (mais déjà à un tiers de l'électorat) mais obligeant les partidocrates à des alliances de circonstance ou au retour à la vie civile.
 
Mais le premier ministre Giuseppe Conte a proposé comme ministre de l'économie le professeur Paolo Savona, connu pour, d'une part, son soutien aux demandes d'écoute et d'explication adressées par les peuples à la Commission Européenne, et d'autre part et surtout son exigence d'une véritable politique de l'euro sur la scène internationale (refusée par l'Allemagne), notamment face au dollar auquel la Banque Centrale Européenne le soumet. L'eurocratie dollarodule a donc immédiatement accusé Savona de vouloir rétablir la souveraineté monétaire de l'Italie en sortant l'Italie de l'euro (ce qu'il n'a jamais préconisé) et a prohibé qu'il soit nommé ministre, aussi Mattarella a refusé sa nomination et Conte, comprenant que le président n'était pas indépendant et que l'Italie n'avait même plus la souveraineté de choisir ses ministres, a démissionné avant-hier 27 mai. Pour l'anecdote, l'économiste Savona se dit maintenant victime de diffamation de la part des politiciens uniopéens qui pour disqualifier Conte attribuent à Savona des sentiments europhobes qu'il n'a jamais professés. On remarquera d'ailleurs que le programme qu'il aurait été chargé d'appliquer prévoyait de doter la BCE d'un statut et de pouvoirs comparables à ceux des principales banques centrales du monde (point 29 alinéa b du contrat de gouvernement).
 
Hier 28 mai, sans longues consultations préalables, le président Mattarella a nommé premier ministre le financier Carlo Cottarelli, ancien de la Banque d'Italie, du Fonds Monétaire International et de l'application interne des programmes budgétaires et économiques décidés pour l'talie, en sachant que celui-ci n'a aucune chance d'obtenir la moindre majorité parlementaire et devra donc gouverner par décrets, à la manière du gouvernement par ordonnances qu'avait annoncé Emmanuel Macron comme tout programme électoral, et quitte à convoquer dans quelques mois de nouvelles élections qui le désavoueront un peu moins ou beaucoup plus. Le président l'a d'ailleurs chargé de former un gouvernement "technique", ce qui signifie bien sûr un gouvernement non politique, et plus précisément un rouage local de la technocratie uniopéenne.
 
En réalité le procès d'intentions économiques n'a été qu'un prétexte pour empêcher la formation d'un gouvernement national italien incarnant les votes du tiers du pays qui, toutes tendances confondues, ne souhaite plus être gouverné par les appareils des partis de droite et de gauche qui ont décidé ou accepté l'invasion par, chaque jour, de nouveaux milliers de membres d'une civilisation hostile. Le président uniopéen Jean-Claude Juncker avait bien annoncé le 23 mai que la Commission Européenne protègerait les droits des Africains en Italie ; il est vrai que le programme commun, nommé Contrat pour le Gouvernement du Changement, prévoyait d'interdire les prêches en langue étrangère, dans les mosquées par exemple, envisageait de renforcer les contrôles contre l'immigration illégale même si le projet de xénélasie d'un bon demi-million de délinquants clandestins avait finalement été abandonné, projetait d'étendre la notion de légitime défense ce qui pouvait être interprété comme une menace pour la criminalité, et prévoyait une véritable politique de soutien à la natalité ce qui pouvait sembler menacer les "migrations de remplacement" appelées par le rapport de l'ONU du 21 mars 2000... Par ailleurs suite au projet, dans ce programme commun, d'interdire aux Francs-Maçons de participer au futur gouvernement, la Grande Loge d'Italie avait demandé le 21 mai l'aide de toutes les loges du monde, fait pression sur le président pour empêcher la constitution de ce gouvernement, et organisé une grande conférence de presse étrangère le 23 mai à Rome sur cette question. Enfin toute la presse allemande a été mobilisée samedi 26 pour dénoncer une prétendue germanophobie du ministre pressenti Savona.
 
Pour le principe et sans illusion politique désormais, le mouvement Cinq Etoiles envisage de demander au parlement la destitution du président pour non respect de la constitution, ce qui nécessiterait de trouver une violation explicite de texte puisqu'une violation de l'esprit de la démocratie ne suffira pas, même si les rares mouvements véritablement démocrates des pays voisins hurlent au coup d'Etat. Pour leur part tous les gouvernants d'Europe félicitent le président de la république italienne pour son "courage" d'avoir osé dévoyer la vague populaire qui croyait qu'une victoire à 70% dans les urnes autoriserait les peuples à reprendre le pouvoir, dans leur pays, à l'eurocratie. Pour l'anecdote le contrat de gouvernement envisageait même de pousser à la démocratisation de l'Union Européenne par le renforcement du rôle et des pouvoirs du parlement européen, ce qui frisait le crime de lèse-commission.
 
La démocratie n'est autorisée que lorsqu'elle donne la victoire aux auto-proclamés démocrates patentés. En décembre 1991, lorsque le premier tour des élections législatives en Algérie a donné au parlement (à prérogatives plus parlementaires que législatives) la majorité au Front Islamique du Salut qui avait déjà emporté l'essentiel des assemblées locales (sans pouvoirs) aux premières élections libres un an et demi plus tôt, toute la technocratie uniopéenne s'est empressée d'encourager discrètement le FLN (qui venait de se découvrir inférieur à un quart de l'électorat) à interrompre le processus électoral. Dix ans plus tôt, l'Allemagne Fédérale avait soutenu l'instauration de l'état de siège par Wojciech Jaruzelski après de grandes manoeuvres soviétiques semblant menacer la Pologne d'invasion au motif de la poussée du syndicat non communiste Solidarité.
 
La technocratie ne s'encombre guère de démocratie.

Aucun commentaire:

la fin d'un mythe

Il était une fois dans un pays lointain un roi zélé, qui avait décidé de rattraper le retard pris par son pays par rapport aux recomman...