mardi 30 décembre 2014

la verdad sobre el vuelo MH17 nunca será publicada

La información que sigue ya tiene varios meses pero no parece de interés para la prensa de los países de la OTAN, más ocupados en hacer el inventorio de pretextos de guerra que sabe falaces, que en buscar o difundir la verdad.
 
La convención pasada el 8 de agosto entre los gobiernos de Australia, Bélgica, Países Bajos y el poder de facto en ex-Ucrania, y anunciada por el procurador general del último Yurí Boychenko el 10 de agoto (http://strategia-22.livejournal.com/39522.html), por la cual los tres demás firmantes confiaron a los Países Bajos (país de orígen de la mayoría de las víctimas) la investigación sobre la destrucción en vuelo del Boeing malasio el 17 de julio, es y quedará oficialmente secreta porque da a cada uno de dichos países un derecho de veto, sin necesidad de justificación alguna, sobre la publicación de los resultados futuros de la investigación.
 
Cuestionado varias veces sobre este tema por deputados parlamentarios holandeses, el ministerio holandés de Justicia y Seguridad, firmante y depositario del protocol de acuerdo constituyendo la comisión de investigación e instalándola en La Haya, se negó firmamente, cada vez, a entregar este acuerdo así como cualquier otro documento relacionado con el tema; los parlamentarios quedaron aún sorpresos de aprender que hasta la misma existencia de un acuerdo escrito no tenía vocación a ser divulgada. El mismo rechazo fue opuesto por el ministro al periódico Elsevier (www.elsevier.nl/Politiek/achtergrond/2014/11/Ministerie-weigert-geheime-overeenkomst-MH17-openbaar-te-maken-1647600W) que invocaba la ley de libertad de información para obtener una copia del acuerdo, y de dieciséis otros documentos relacionados. El motivo presentado por el ministerio no es nada menos que la suprema razón de estado (seguridad nacional), ya que la conservación de buenas relaciones con todas las partes implicadas en este asunto complejo y serio tiene que prevalecer sobre el derecho de información del público o de los parientes. El ministerio precisó tambien que había que prever un endurecimiento de las relaciones entre estados y organizaciones internacionales, en caso de ser publicado el acuerdo.
 
Lo que no es claro todavía es si esta decisión, de guardar el convenio y el mandato de la comisión de investigación secretos, es una decisión posterior del gobierno holandés, o si el convenio mismo incluye formalmente una cláusula de confidencialidad prohibiendo a sus firmantes de publicarlo, lo que explicaría que el gobierno holandés anuncie dificultades con los demás firmantes en caso de fuga o difusión.
 
Dicho de paso, uno de los firmantes confiando la dirección de la investigación a los Países Bajos es el poder de facto kieviano sí mismo, quién tenía la maestría aérea absoluta sobre el territorio ex-ucraniano entero (inclusas las regiones que rechazan el golpe de estado de febrero), quién estaba guiando el avión malasio así como los aviones militares presentes en su corredor reservado, quién nunca entregó las grabaciones del intercambio entre el control aéreo de Dniepropetrovsk y el avión, siempre examinados en casos similares (y que Rusia sugirió inmediatamente que la comisión de investigación pidiera), quién bombardeó en seguida el lugar del naufragio aunque no había ninguna presencia "rebelde" (mejor dicho constitucionalista) en el área, quién intentó durante semanas atrasar la llegada de los investigadores y no hesitó en bombardearlos a morteros, así como a los observadores de la Organización para la Seguridad y la Cooperación en Europa que los escoltaban, cada vez que se acercaban al lugar, y quién fue tomado en flagrante delito de mentira primero por haber publicado imágenes presentadas como lanza-cohetes rusos cuando habían sido sacadas en un pueblo ucraniano bajo control ucraniano, y segundo por haber mentirosamente pretendido, y seguir pretendiendo hasta hoy, que ningún avión militar suyo había volado el 17 de julio, lo que fue rápidamente desmentido por grabaciones satelitales y de radar estadounidenses y rusas. Poco preocupado por su credibilidad, el poder kieviano acusaría también mentirosamente (pero con profusión de detalles inventados) el 19 de septiembre a Rusia de haber disparado dos armas nucleares contra el aeropuerto de Lugansk. Es a este poder de facto que el gobierno holandés aceptó dar, por escrito, derecho de veto sobre la publicación de los resultados de la investigación.
 
De paso también, el 8 de agosto los Estados Unidos de América opusieron su veto, en el Consejo de Seguridad de las Naciones Unidas, a un proyecto de resolución introducido por Rusia (calumniosa y públicamente acusada por el gobierno estadounidense de haber derribado el avión) para recordar a Ucrania la resolución N° 2166 del 21 de julio exigiendo un cese el fuego en la zona del naufragio, cese el fuego que el "gobierno" ucraniano había insolentemente anulado el 7 de agosto después de haberlo violado cada día. Tal veto no podía sino facilitar la aparición ulterior de rumores sosteniendo que el gran esfuerzo estadounidense para devolver el oro holandés, en contrasto con el rechazo opuesto a Alemania no obstante más potente, podía explicarse por la detención, por parte de los Países Bajos, de alguna información comprometedora acerca del derribo del avión malasio.
 
Cual que sea el rol marginal de ratificación (por cheque en blanco adelantado) jugado por la Organizacion Internacional de la Aviación Civil, la "Joint Investigation Team" es apenas un equipo conjunto o multinacional pero absolutamente no internacional como se pretende sí-misma. Malasia pidió desde el principio formar parte de esta comisión pero, de vagas promesas a citas ministeriales postergadas, todavía queda excluída de ella, cinco meses después de la destrucción de su avión. No obstante no sólo el avión pertenecía, como pertenecen sus restos, a una empresa malasia, sino también este avión era, como cualquier nave, una porción móvil del territorio nacional malasio, según el derecho internacional. Durante cuatro meses las autoridades de Donetsk, que hicieron todo para facilitar el acceso (controlado) al lugar del naufragio a pesar del bombardeo continuo por el ejército ex-ucraniano, pidieron que esta comisión (que les había sido presentada como la autoridad encargada de la investigación) venga a sacar los restos, y es sólo y recién cuando, por cansancio, se volcaron hacia Malasia, la cual respondió inmediata y positivamente, que los holandeses vinieron rápidamente para confiscar (robar) los restos aparentemente inútiles a su investigación a distancia, y legalmente perteneciendo a Malasia. Hablando de eso, regularmente, por ejemplo de nuevo este 12 de diciembre, la prensa malasia da cuenta de los pedidos y del descontento del gobierno y de la opinión pública de Malasia.
 
De paso todavía, veinte años después del asesinato en vuelo de dos jefes de estado en ejercicio (un tercero avisado no tomó el avión), precisamente el 6 de abril de 1994, la prensa dominante de los mismos países occidentales sigue escondiendo la verdad, los testigos llamados al juicio iniciado por los parientes de las víctimas siguen siendo asesinados uno trás otro, y el instigador goce de la inmunidad de un jefe de estado, temido más que respetado, después de haber hecho masacrar en el país vecino a tantos civiles como Hitler o cuatro veces más que Pol Pot en sus países respectivos.
 
Uno no imaginaría que es el avión presidencial ruso, en su viaje de regreso desde la cumbre de los "BRICS" en Brasil, que motivó tan ancho y repentino despliegue de sistemas antiaéreos contra una población civil rusófona que no tenía ningún aeronave, y que un piloto de Sukhoï disparando a la vista un mísil aire-aire desde detrás y debajo del Boeing podría haber confundido sus bandas azul y roja por unas roja y azul, y no haber visto el nombre del país escrito por encima y adelante de las alas, aunque lo tuvo que ver cuando terminó su trabajo con el cañón de 30 milímetros. Queda prohibido sospechar que los gobiernos que libran una guerra intensiva, hasta ahora sólo mediática, diplomática, económica, comercial, financiera, tecnológica y moral, contra Rusia, sepan perfectamente que es Ucrania quién derribó, por equivocación pero posiblemente bajo órdenes extranjeras, el avión malasio. Los resultados de la investigación, como el mandato de la comisión, quedarán secretos como el gobierno holandés lo garantizó, por escrito, el 8 de agosto.
 
Y aún si la verdad fuera desvelada una o dos generaciones después de los hechos, la mentira y el secreto ya habrán llevado sus consecuencias irreparables.

second attempt deceived ?

Enough spoken of planes, let's speak about ships.

A few days before the summit of the G20 (19 economic powers and European Union) in Australia on November 15 and 16, a Russian mini-fleet arrived ashore of Brisbane. It comprised the missile-launcher cruiser Varyag (admiral ship of the Russian fleet in the Pacific), the antisubmarine destroyer Marshall Shaposhnikov (carrying two Kamov 27 helicopters), the salvage tug Photius Krylov and the replenishment oiler Boris Butoma. Australia, which prime minister Tony Abbott had just announced that he would "shirt-front" Vladimir Putin as soon as he would arrive in Brisbane, sent the frigates Parramatta and Stuart to meet that fleet. Interrogated, the Russian embassy in Canberra, as well as the admiral commanding the mini-fleet, answered that these ships were proceeding to some tests and trainings for Antarctica missions, and that they would also ensure the protection of president Putin during the G20 summit.

The Australian navy and press explained in length that the expedition of such a fleet over such distances was a major operation prepared months in advance, therefore likely since the beginning of the year, without any relation with the degradation of international situation lately. In reality the mini-fleet had left the harbour of Vladivostok on October 23 and was already back there on December 15.

As for the mission of protecting the Russian president, one can wonder about the utility of a mini-fleet anchored in international waters (22 km away from the shores) in case of any attack against, for example, the president's bedroom or car on land. Nevertheless it is true that the later became, as soon as he arrived, the target of extreme and very undiplomatic demonstrations of aggressivity, from the demand of public excuses for the shooting down of the Malaysian plane, to the accusation of threatening and attacking several European countries, including appeals to the 18 other countries to unite against Russia and subjective camera shooting angles intended to show him isolated.

Looking closer nonetheless, the constitution of said mini-fleet presents a very different interest at sea. A submarine hunter (and this one also has a good anti-aerial capacity) is the perfect tool to localise a big metallic body underwater. The world-biggest salvage tug is the perfect tool to explore it and fish it back, and this one supports divers and helicopters and has additional accommodation for rescued sailors. The Ka-27 "Helix" helicopter exists in two versions, the one dedicated to anti-submarine fight and the one dedicated to search and rescue. But there must have been some serious motives for Russia to send a submarine hunter visit for two months the pinguins of the Antarctica naval desert, and make a U-turn half way, while there would have been a lot of uses for this kind of ship in November and December in the Arctic (since it belongs to the Pacific fleet), or even in the Northern Sea or the Black Sea as a reinforcement.

Speaking about rescue, an airplane crashed in the sea offers, precisely, more chances of survival (if found quickly) than an airplane crashed on the ground. And being more vulnerable from the surface during taking off and landing, it's at the two ends of the route that help and rescue have the highest probabilities of becoming necessary. On the other hand a missile fired from international waters, especially pirates-infested ones like the Western Pacific, offers less risk of identification of the shooter than a missile fired from a country's proper territory.

President Putin is known for his calm, appearent or real, his measure and restraint even under pressure or facing direct adversity. One doesn't easily imagine him running away hastily, as if he was culprit or not at ease, from an international conference, as useless as it may be. And by the way, while coming back from a "BRICS" summit in Brazil his plane had respected the schedule, that 17 of July when a very similar-looking Malaysian plane got shot down at direct sight above the ex-Ukraine shortly after their routes had met. But on November 16 Russia made its presidential plane take off by surprise, several hours before the announced flying plan.

Twenty years ago, on April 6, 1994 precisely, two chiefs of state in duty died for having respected the time schedule and the flying plan that had been announced. If they had had Russian intelligence agents or counselors, they might still be around today.

mercredi 24 décembre 2014

deuxième tentative avortée ?

Assez parlé d'avions.
 
Quelques jours avant le sommet du G20 (19 puissances économiques et Union Européenne) à Brisbane les 15 et 16 novembre 2014, une flottille russe s'est présentée au large de Brisbane. Elle était composée du croiseur lance-missiles Varyag (navire amiral de la flotte russe du Pacifique), du destroyer anti-sous-marins Maréchal Chapochnikov (porteur de deux hélicoptères Kamov 27), du remorqueur de haute mer Photius Krylov et du pétrolier-ravitailleur Boris Butoma. L'Australie, dont le premier ministre venait d'annoncer qu'il "plaquerait Poutine au sol" dès son arrivée à Brisbane, envoya à sa rencontre les frégates Parramatta et Stuart. Interrogée, l'ambassade russe à Canberra déclara, comme l'amiral commandant la flottille, que ces navires procédaient à des essais et entraînements en vue de missions en Antarctique, et qu'ils assureraient aussi la protection du président Poutine pendant le sommet du G20.
 
La marine et la presse australienne expliquèrent longuement que l'expédition d'une telle flottille sur de telles distances est une opération majeure préparée des mois à l'avance, donc vraisemblablement depuis le début de l'année, sans aucun rapport avec la dégradation de la situation internationale depuis quelque temps. En vérité la flottille avait quitté le port de Vladivostok le 23 octobre et y était déjà de retour le 15 décembre.
 
Quant à la mission de protection du président russe, on peut s'interroger sur l'utilité d'une flottille ancrée dans les eaux internationales (à 22 km du rivage) en cas d'attentat contre la chambre ou la voiture du président à terre. Pourtant il est certain que celui-ci a été dès son arrivée l'objet de démonstrations d'agressivité extrêmes et peu diplomatiques, allant de l'exigence d'excuses publiques pour la destruction de l'avion malaisien en ex-Ukraine, à l'accusation de menacer et d'attaquer plusieurs pays européens, en passant par le relèguement à une table de repas isolée et les appels à l'union sacrée des 18 autres pays présents contre la Russie.
 
A y regarder de plus près cependant, la constitution de ladite flottille présente un tout autre intérêt en mer. Un chasseur de sous-marins (d'ailleurs celui-ci a aussi une bonne capacité anti-aérienne) est l'outil idéal pour repérer un gros corps métallique submergé. Un remorqueur de haute mer est l'outil idéal pour l'explorer et le repêcher. L'hélicoptère Ka-27 "Helix" existe en deux versions, celle dédiée à la lutte anti-sous-marine et celle dédiée à la recherche et au sauvetage.
 
En parlant de sauvetage, un avion abîmé en mer offre justement plus de chances de survie (s'il est retrouvé rapidement) qu'un avion écrasé au sol. Et étant plus vulnérable depuis la surface au décollage et à l'atterrissage, c'est aux extrémités de son trajet que des secours ont le plus de probabilités de s'avérer nécessaires. Au contraire un missile tiré des eaux internationales, surtout infestées de pirates comme le Pacifique occidental, offre moins de risques d'identification du tireur qu'un missile tiré du territoire d'un état.
 
Le président Poutine est connu pour son calme, apparent ou réel, sa mesure et sa retenue même face à l'adversité directe. On l'imagine mal s'enfuir précipitamment, comme s'il était mal à l'aise ou coupable, d'une conférence internationale aussi inutile fût-elle. D'ailleurs en revenant du sommet du "BRICS" au Brésil son avion avait respecté le programme, ce 17 juillet où un avion malaisien fort ressemblant a été abattu à vue au-dessus de l'ex-Ukraine peu après que leurs routes se soient croisées. Mais le 16 novembre la Russie a fait décoller son avion présidentiel par surprise, plusieurs heures avant le plan de vol annoncé.
 
Il y a exactement vingt ans, le 6 avril 1994, deux chefs d'état en exercice sont morts pour avoir respecté l'horaire et le parcours du plan de vol qu'ils avaient annoncé.

mardi 23 décembre 2014

la vérité sur le vol MH17 ne sera jamais publiée

L'information qui suit date déjà d'un mois mais elle ne semble pas intéresser la presse des pays de l'OTAN, plus occupée à inventorier des prétextes de guerre qu'elle sait fallacieux qu'à rechercher ou diffuser la vérité.
 
La convention passée entre les gouvernements des Pays-Bas, de l'Australie, de la Belgique et le pouvoir de facto en ex-Ukraine, par laquelle les trois autres signataires ont confié aux Pays-Bas (pays d'origine de la majorité des victimes) l'enquête sur la destruction en vol du Boeing malaisien le 17 juillet, est et restera officiellement secrète.
 
Interrogé plusieurs fois à ce sujet par des élus parlementaires néerlandais, le ministère néerlandais de la Justice et de la Sécurité, signataire et dépositaire dudit protocole d'accord constituant la commission d'enquête et l'installant à la Haye, a chaque fois fermement refusé de communiquer cet accord ainsi que tout autre document relatif à cette affaire ; ces députés ont d'ailleurs été stupéfaits d'apprendre que l'existence même d'un accord écrit n'avait pas vocation à être divulguée. Le même refus a été opposé par le ministre au journal Elsevier (www.elsevier.nl/Politiek/achtergrond/2014/11/Ministerie-weigert-geheime-overeenkomst-MH17-openbaar-te-maken-1647600W) qui invoquait la loi sur la liberté d'information pour obtenir copie de l'accord, ainsi que de seize autres documents relatifs. Le motif avancé par le ministère n'est rien moins que la suprême raison d'état, le maintien de bonnes relations avec toutes les parties impliquées dans cette affaire compliquée et grave devant l'emporter sur le droit d'information du public ou des parents des victimes. Le ministère a même précisé qu'un durcissement des relations entre états et organisations internationales était prévisible au cas où cet accord serait divulgué.
 
Ce qui reste dans le flou est si cette décision de garder secrets l'accord et le mandat de la commission d'enquête est une décision ultérieure du gouvernement néerlandais, ou si l'accord lui-même inclut formellement une clause de confidentialité interdisant à ses signataires de le publier, ce qui expliquerait que le gouvernement néerlandais annonce des difficultés avec les autres signataires en cas de fuite ou diffusion.
 
Pour mémoire, l'un des signataires confiant la direction de l'enquête aux Pays-Bas n'est autre que le pouvoir de facto kiévien, qui avait la maîtrise aérienne absolue sur tout le territoire ex-ukrainien (régions réfractaires au coup d'état de février incluses), qui guidait l'avion malaisien ainsi que les avions militaires présents dans son couloir réservé, qui n'a jamais fourni les enregistrements entre les contrôleurs aériens de Dniepropetrovsk et l'avion que l'on examine toujours dans les cas similaires (et que la Russie a suggéré immédiatement à la commission d'enquête de réclamer), qui a tout de suite bombardé l'épave alors qu'il n'y avait aucune présence rebelle dans la zone, qui a tenté de retarder pendant plusieurs semaines l'arrivée des enquêteurs et n'a pas hésité à les pilonner au mortier, ainsi que les observateurs de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe qui les escortaient, chaque fois qu'ils s'approchaient des lieux, et qui a été pris en flagrant délit de mensonge pour avoir d'une part diffusé des images présentées comme des lance-missiles russes alors qu'elles avaient été prises dans un village ukrainien sous contrôle ukrainien, et d'autre part avoir prétendu mensongèrement, et continuer de prétendre à ce jour, qu'aucun avion militaire ukrainien n'avait volé le 17 juillet, ce qui a vite été démenti par les enregistrements satellites et radars états-uniens et russes. Peu soucieux de sa crédibilité, ledit pouvoir kiévien allait aussi, le 19 septembre, accuser mensongèrement (mais avec moultes détails) la Russie d'avoir tiré deux armes nucléaires sur l'aéroport de Lougansk.
 
Pour mémoire aussi, le 8 août les Etats-Unis d'Amérique ont opposé leur veto, au Conseil de Sécurité de l'ONU, à un projet de résolution introduit par la Russie (accusée publiquement et mensongèrement par le gouvernement des Etats-Unis d'avoir abattu l'avion) pour rappeler à l'Ukraine la résolution 2166 du 21 juillet qui exigeait un cessez-le-feu dans la zone de l'épave, cessez-le-feu que le "gouvernement" ukrainien avait insolemment annulé le 7 août après l'avoir violé tous les jours. Un tel veto n'a pu que faciliter la naissance ultérieure de rumeurs avançant que l'effort des Etats-Unis pour restituer l'or des Pays-Bas, en contraste avec le refus opposé à l'Allemagne qui est pourtant une puissance plus importante, pourrait s'expliquer par la détention par les Pays-Bas d'informations compromettantes concernant la destruction de l'avion malaisien.
 
Quel que soit le rôle marginal de blanc-seing joué par l'Organisation Internationale de l'Aviation Civile, la "Joint Investigation Team" n'est qu'une équipe conjointe ou multinationale mais absolument pas internationale comme elle se prétend. La Malaisie a demandé depuis le départ à faire partie de cette commission et, de vagues promesses en rendez-vous ministériels repoussés, elle en est toujours exclue, cinq mois après la destruction de son avion. Or non seulement l'avion appartenait, et l'épave appartient, à une entreprise malaisienne, mais l'avion était même, comme tout vaisseau, une portion mobile du territoire national malaisien, selon le droit international. Pendant quatre mois les autorités de Donetsk, qui ont tout fait pour faciliter l'accès (contrôlé) à l'épave en dépit de son pilonnage par l'armée ex-ukrainienne, ont demandé à cette fameuse commission conjointe (qu'on leur avait désigné comme l'autorité en charge de l'enquête) de venir enlever les débris, et ce n'est que lorsqu'en désespoir de cause elles se sont adressées à la Malaisie, qui a immédiatement répondu positivement, que les Néerlandais sont rapidement venus confisquer (voler) les restes apparemment inutiles à leur "enquête" à distance, et qui en droit appartiennent à la Malaisie. D'ailleurs régulièrement, par exemple encore le 12 décembre, la presse malaisienne se fait l'écho des démarches ou du mécontentement du gouvernement et de l'opinion malaisiens.
 
Pour mémoire encore, vingt ans après l'assassinat en vol de deux chefs d'état en exercice (un troisième averti n'ayant pas pris l'avion) le 6 avril 1994, la grande presse des mêmes pays occidentaux cache toujours la vérité, les témoins appelés au procès initié par les parents des victimes sont assassinés les uns après les autres, et l'instigateur jouit de l'immunité d'un chef d'état craint sinon respecté, après avoir fait massacrer dans le pays voisin autant de civils qu'Hitler ou quatre fois plus que Pol Pot dans leurs pays respectifs.
 
On ne saurait imaginer que c'est l'avion présidentiel russe, revenant du Brésil, qui a donné lieu à un large et soudain déploiement de moyens antiaériens contre une population russophone dépourvue d'aviation, et qu'un pilote de Sukhoï tirant à vue un missile air-air de derrière et en-dessous du Boeing ait pu confondre les bandes bleue et rouge avec des bandes rouge et bleue, et ne pas voir le nom du pays inscrit au-dessus et en avant des ailes, même s'il l'a forcément vu ensuite en achevant son forfait au canon de 30 millimètres. Il est interdit de soupçonner que les gouvernements qui mènent une intense guerre, pour l'instant seulement médiatique, diplomatique, économique, commerciale, financière, technologique et morale, envers la Russie, savent pertinemment que c'est l'Ukraine qui a abattu, par erreur mais peut-être sur instructions étrangères, l'avion malaisien. Les résultats de la prétendue enquête, comme le mandat de la commission, resteront secrets.
 
Et même si la vérité était révélée une ou deux générations après les faits, le mensonge et le secret auront déjà produit des conséquences irréparables.

lundi 22 décembre 2014

les Etats-Unis préparent la fin de la cotation des métaux précieux et verrouillent le cours officiel du dollar

Depuis ce 22 décembre 2014 la fluctuation des cours des métaux précieux, qui n'était pas vraiment libre d'interventions, est strictement encadrée sur les marchés états-uniens.
 
L'autorité de gestion des marchés à terme avait annoncé ces nouvelles modalités le 11 décembre, pour les deux marchés principaux que sont le COMEX (Commodity Exchange) et le NYMEX (New York Mercantile Exchange), au moyen de la règle n° 589 intitulée Special Price Fluctuation Limits (www.cmegroup.com/tools-information/lookups/advisories/ser/files/SER-7258.pdf). L'esprit de cette manœuvre est habilement noyé dans des complexités techniques, consistant en une savante grille de fluctuations autorisées en valeur absolue (et non pas en pourcentage), et pour des plages de prix différentes d'un métal à l'autre, puisqu'évidemment la même valeur absolue (100 dollars par exemple) ne représente pas du tout le même pourcentage de la valeur d'une once selon qu'il s'agit de cuivre ou de platine. Ainsi il n'est pas dit que la fluctuation maximale est de 20% pour tous les métaux, mais la lecture attentive de la grille montre par exemple que si le dernier cours de l'or était inférieur à 1000 dollars la fluctuation maximale autorisée (en plus ou en moins) est de 100 dollars, et si le dernier cours se trouvait dans la tranche de 1000 à 2000 dollars la fluctuation permise est de 200 dollars... la tranche maximale prise en considération par la grille étant celle, pour l'or, de 3000 à 4000 dollars (il n'y a pas de tranche ouverte vers le haut, type "4000 et plus"). Cette nouvelle règle laisse donc le lecteur de la grille libre d'imaginer ce qui se passera lorsque le cours de l'or atteindra 4000 dollars (guère plus du double du cours du 6 septembre 2011), à savoir fluctuation libre sans limite ou fermeture définitive des marchés, à moins que les autorités de régulation de la place d'échanges phare de l'économie de marché mondiale considèrent, et veuillent faire considérer, totalement inconcevable un doublement du prix de l'or, exprimé en dollars, par rapport au prix librement fixé par le jeu de l'offre et de la demande jusqu'aux manipulations monstres de septembre 2011. En-deçà de ce cours maximal pris en considération, dès qu'une fluctuation, par rapport à la dernière clôture, atteint la marge maximale autorisée, le marché est suspendu pour cinq minutes, puis rouvert à partir du cours de la dernière clôture journalière (cours de la veille), et c'est par rapport à celui-ci que se mesure la fluctuation maximale autorisée, alors élargie d'une unité supplémentaire ("additional increment", l'obscurité est intentionnelle), mais mesurée toujours par rapport au cours de fermeture de la veille, pas par rapport au cours précédant l'interruption de séance ; s'il faut interrompre le jeu de l'offre et de la demande deux ou trois fois on réouvre chaque fois au dernier cours de la veille, avec une autorisation de fluctuation élargie... sachant qu'une variation de 200 dollars pour une once d'or représente à peine une fluctuation de 17% par rapport au cours d'aujourd'hui, ou 3 dollars pour une once d'argent représente une fluctuation de 19% par rapport au cours d'aujourd'hui. Et si le même incident se répète quatre fois dans la même journée le marché est fermé jusqu'au prochain jour ouvrable ; et, sauf erreur dans l'entendement de la note, le prochain jour ouvrable (s'il y a...) démarrera au cours de l'avant-dernière journée de cotation, comme si l'emballement du jour précédent n'avait tout simplement pas eu lieu.
 
En d'autres termes, si vous voulez acheter ou vendre et qu'un équilibre possible entre offre et demande le permet, cela doit être dans le cadre de la marge de fluctuation autorisée et cette règle sera martelée quatre fois par jour, moyennant suspensions de séance, jusqu'à ce que vous acceptiez de négocier dans ces marges ou retiriez votre offre d'achat ou de vente. Les chiffres lors de l'entrée en vigueur du système correspondent à la deuxième tranche pour l'or et la première tranche pour l'argent, mais il n'est pas interdit qu'une progression considérée comme raisonnable, et donc autorisée, amène l'or à s'apprécier, par rapport au dollar, de 15% un premier jour, puis 15% le lendemain et ainsi de suite, donnant le temps aux autorités états-uniennes de prendre les mesures qui s'imposent.
 
Exit donc les vidéos alarmistes montrant en cinq minutes sur Youtube un enchaînement d'évènements de marché pouvant mener à l'effondrement total du dollar et de l'économie états-unienne en quelques heures, de l'aube à Tokyo jusqu'au crépuscule à Los Angeles. Désormais il faudra au moins quatre jours de cotation pour que le métal jaune retrouve ne serait-ce que son niveau d'avant les manipulations monstres.
 
L'organisation qui gère les marchés (CME ou Chicago Mercantile Exchange) se prépare évidemment à un défaut majeur et probablement imminent, concernant un métal significatif, sur le marché qui donne le la au niveau mondial. Il se couvre en limitant simultanément le libre jeu de l'offre et de la demande des principaux métaux, à savoir l'or, l'argent, le cuivre, le platine et le palladium, afin d'empêcher qu'un défaut sur l'or ne génère une ruée sur l'argent ou le platine, par exemple (l'épuisement des réserves de cuivre n'est pas imminente même si la Chine pourrait le laisser croire en stockant de quoi alimenter son industrie pendant plusieurs années), dont l'envolée montrerait alors ce que la fermeture du marché de l'or visait à cacher (que le dollar ne permet d'acheter plus que du sable).
 
Les Etats-Unis, quant à eux, préparent de toute évidence la fermeture définitive des marchés de métaux précieux. En 1944 ils ont fixé arbitrairement la valeur du dollar à 1/35° d'once d'or, ont fait pendant quelque temps le plein d'or à ce taux puis un jour de 1971 ont tout simplement, unilatéralement et en violation de traités internationaux (les accords de Bretton Woods qu'ils avaient concoctés pour se faire remettre l'or du monde), refusé de restituer l'or que les pays qui se croyaient amis leur avaient remis. Ils ont toléré ensuite l'existence de marchés d'apparence privée qui vendent au compte-gouttes, ou en tout cas qui n'ont pas été conçus pour les échanges de centaines ou milliers de tonnes nécessaires aux gouvernements et banques centrales, et à des taux fixés en théorie par le jeu du marché mais largement supérieurs à 35 dollars l'once, et plafonnés soudainement à 1927 dollars par une manipulation monstre juste une minute avant l'annonce de la capitulation de la Suisse (objet d'un ultimatum états-unien) le 6 septembre 2011. Ces marchés (COMEX essentiellement) ont pour fonction principale d'afficher une dépréciation fallacieusement modérée du dollar par rapport à l'or, et pour fonction secondaire, depuis cinq ans, de différer la révélation par la Chine de la faillite des Etats-Unis, au moyen de livraisons d'or au taux officiel, mais qui d'une part ne permettront pas d'épuiser les montagnes de dollars dont la Chine veut se défaire, et d'autre part se termineront incessamment, lorsque la baisse artificielle ne suffira plus à faire vendre les derniers détenteurs d'or du monde occidental ; sur ces marchés les cours sont dictés par les promesses de vente (donc justement les marchés à terme), représentant une centaine de fois le volume réel d'or disponible. Cependant si l'hyper-impression de dollars a été accélérée depuis 2011 la valeur véritable du dollar n'a pu que baisser. Les Etats-Unis ont cessé en 2006 de publier l'agrégat M3 de leur masse monétaire, fait unique parmi toutes les puissances économiques et scandaleux puisqu'ils prétendent conserver à leur monnaie le statut d'unique monnaie d'échange internationale tout en refusant de dévoiler combien est en circulation, mais selon la réserve fédérale de Saint-Louis la masse monétaire a de nouveau doublé depuis 2011... donc si un dollar valait vraiment 1/2000° d'once d'or en 2011 (en fait le dollar était déjà très surévalué) il en vaut arithmétiquement de l'ordre de 1/4000° aujourd'hui.
 
Cette opération est magnifique. Si les marchés s'étaient emballés, comme ils pouvaient le faire jusqu'à la semaine dernière, et sans parler d'hyperinflation ou d'hyperdévaluation mais simplement d'une multiplication ou division par cinq par exemple, le temps que les autorités réagissent (il faut parfois plus de cinq minutes) les marchés auraient pu être fermés (pardon, "cotations suspendues" indéfiniment) à la cotation de 10000 dollars pour une once d'or, signifiant une division par cinq de la valeur du dollar par rapport à 2011, ou dix par rapport à aujourd'hui, et ce chiffre serait entré dans les annales comme la dernière valeur plus ou moins librement établie du dollar par les marchés. Désormais les cotations seront temporairement suspendues dès que le dollar aura subi par rapport à l'or une dépréciation de 15% (quand l'or "augmente" de 17% le dollar baisse de 15%), et si cette dépréciation est confirmée quatre fois elle sera annulée et les marchés définitivement fermés sur la cotation de la veille, il n'y a aucun doute là-dessus. On pourra alors dire qu'il n'y a plus assez de métaux précieux disponibles à la vente pour justifier une salle de marché, laisser passer l'ire de la Chine qui déclarera ne plus pouvoir accepter de paiements en dollars (et la laisser continuer à vendre de l'or à Shangaï pour quelque montant en yuans que ce soit si elle veut), et annoncer au reste du monde que l'or "vaut" définitivement X dollars l'once, par exemple le cours de l'avant-dernière séance peut-être augmenté de 199 dollars s'il était dans la tranche des 1000 à 2000 dollars. La valeur du dollar exprimé en or deviendra donc une constante officielle, et absolument non représentative de l'impossibilité d'obtenir une once d'or pour quelque montagne de dollars que ce soit. Quelque temps plus tard on pourra tolérer l'ouverture au Chili d'une bourse du cuivre, métal important en termes de volumes, ou laisser les industries consommatrices traiter directement avec les mines productrices.
 
La "valeur" du dollar aura été verrouillée, pour ceux qui souhaiteront (ou seront forcés de) continuer à l'utiliser après l'incident métallique que la CME appelle "triggering event".
 
Delenda Carthago.

mardi 9 décembre 2014

the Minsk Memorandum is back: it corrects the Minsk Protocol

Written end of September, this note was not intended for publication but for internal OSCE use. The renewed interest for the Minsk process, and the possible beginning of implementation after this announced "day of silence", brings the opportunity to clearly expose the reason why Kiev didn't respect the Memorandum: it was totally reversing the Protocol. This note sticks to the texts as they were published (only in Russian) since the author didn't have access to the meetings and discussions, and his opinion ("prospects") is clearly separated from the analysis.

On September 5, 2014, the trilateral contact group on Ukraine (OSCE, Russia and Ukraine) signed a Protocol to "implement president Poroshenko's peace plan and president Putin's initiative"; then on September 19 the same contact group signed a memorandum to precise its practical application. Both documents were also presented for signature to two top leaders of Donetsk and Lugansk de facto republics, who signed it in no official capacity. This note intends to clarify the origin and content of the Protocol, to present how the Memorandum completes and corrects it, and to draw some practical conclusions.

A- The Minsk Protocol was essentially Poroshenko's peace plan

On June 20 Ukrainian president Poroshenko had published a 15-points "peace plan", assorted with a one-week ceasefire for the insurgents to leave the country (Lavrov read it as an ultimatum), which he announced again end of August. On September 3 Russian president Putin drafted a 7-points proposal for a cease-fire. Ukrainian regular and paramilitary forces having recently been defeated, their rulers agreed to submit Putin's proposal to the contact group, but the Protocol signed two days later appeared to be rather inspired by Poroshenko's plan (that the contact group had discussed for two months) than by Putin's proposal. The 12 points of the Protocol are commented hereafter.

1. Ensure the immediate bilateral cessation of the use of weapons.

This point was not included in Poroshenko's initial plan, although that one was accompanied by the announcement of a one-week ceasefire. It does not either correspond to the first point of Putin's proposal, referring specifically to the cessation of offensive operations. Already on September 5 and 6 the question arose of what would the self-defense militias do in the event that the Kiev forces resumed offensive operations. As noted by the OSCE after weeks of seriously reduced hostilities, each time the government forces open fire, the militias restrain to counter-battery when the governmental shelling touches populated areas.

2. Ensure monitoring and verification by the OSCE of the regime of non-use of weapons.

This point was not in Poroshenko's plan, since he didn't consider the remaining of a confrontation line but the expatriation of all insurgents. But it doesn't correspond either to Putin's proposal third point which was requesting an international monitoring "in the security zone created by the ceasefire", meaning the buffer zone created by the withdrawal of Kiev forces beyond the range of their artillery. The OSCE published on September 5 a vacancy posting for 250 monitors, and the de facto republics prepared their deployment in five areas with fixed posts and mobile patrols.

3. Implement decentralization of power, enacting the Law on temporary local self-government in certain areas of the Donetsk and the Lugansk regions.

This is the eleventh point of Poroshenko's plan, but reduced to only a portion of the two provinces (Poroshenko's plan could be read as decentralisation system in the whole country) and omitting the question of Russian language that his eleventh point planned to protect.

4. Ensure OSCE permanent monitoring of the Ukrainian-Russian border and creation of a security area in the border regions of Ukraine and the Russian Federation.

This is the fourth point of Poroshenko's plan, except that in that plan its width was specified (10 km) and that it was just mentionned "on the border", without assuming that Russia would accept to demilitarise a fringe of its own territory as presented in this point of the Protocol.

5. Immediately release all hostages and illegally detained persons.

This is the third point of Poroshenko's plan. The fifth point of Putin's proposal was asking for the reciprocal and unconditional release of all "prisoners", a term that could acknowledge the existence of a war and therefore the applicability of the Geneva conventions. Adding to Poroshenko's term "hostages" the one of "illegally detained" persons, the Protocol, which recognises "Ukrainian authorities" but doesn't grant any legal capacity to the de facto republics, is basically asking the insurgents to release the combatants they captured, while not requesting any governmental reciprocity.

6. Enact a law against prosecution and punishment of persons connected to the events in certain areas of the Donetsk and Lugansk regions.

This is the second point of Poroshenko's plan, although that plan didn't limit it regionally. This point was not in Putin's proposal, which was more based on international law than on domestic order, and didn't seem to consider that the jurisdiction of the new Ukrainian regime would be extended to the insurrected areas.

7. Conduct an inclusive national dialogue.

This point was neither in Poroshenko's plan, not intended to be in any way interactive and considering the insurgents as non-citizens, nor in Putin's proposal obviously thought in international terms (as to settle an international dispute).

8. Adopt measures to improve the humanitarian situation in Donbass.

The fifteenth point of Poroshenko's plan mentionned the reconstruction of social infrastructure, but didn't really recognise the humanitarian desaster. The sixth point of Putin's proposal was more concrete and, taking into account the bombing of refugee convoys and the withholding of humanitarian help, was specifically asking for the opening of corridors for refugees and humanitarian help.

9. Holding local elections in accordance with the Law on Special Status.

This is the thirteenth point of Poroshenko's plan. Putin's proposal aimed simply at putting an end to the armed conflict and did not interfere with internal politics of either warring party, or contain any political recommendation, but the Protocol explicitely inserts the governing system of Donbass into the new Ukranian constitution.

10. Remove illegal military formations, military hardware, militants and mercenaries from the territory of Ukraine.

The fifth point of Poroshenko's plan was announcing the opening of a corridor for the departure of "Russian and Ukrainian mercenaries" (towards Russia). The Protocol as well calls for the expulsion of militants rather than for the dissolution of the militias.

11. Adopt a program for the recovery and revival of Donbass economic activity.

This is the fourteenth point of Poroshenko's plan, which was even a little more precise (employment program), and the fifteenth point (reconstruction of industrial infrastructure).

12. Guarantee personal security of the participants to the consultations.

This was the first point of Poroshenko's plan, usually obvious and not even mentioned in any other meeting of this type.

Despite the omission of the question of the Russian language, the decentralisation of the police and a few circumstantial details concerning occupied administrative buildings, roadblocks and Kiev television or radio broadcasting, most provisions in the Protocol appear to have simply be taken from Poroshenko's plan of June 20 (reactivated end of August). And although the press largely praised Putin's project of September 3 as the basis of the ceasefire, it appears that six out of its seven recommendations were ignored, namely the withdrawal of Ukrainian armed forces to a distance prohibiting the use of artillery against populated areas, the monitoring of the ceasefire in the security zone created by it, the forbidding of the use of aircraft against civilians and populated areas, the opening of humanitarian corridors for refugees and cargoes, the exchange of all prisoners, and the rebuilding of life-supporting infrastructure before the winter.

For the OSCE monitoring mission the Protocol could be seen as based on a misunderstanding, and therefore the monitoring of its implementation could appear as impossible and anyway useless. Putin's international proposal aimed at ceasing military hostilities between Ukraine and the de facto republics, and called for the deployment of OSCE monitors between the Ukrainian artillery and the Donbass cities (on the real confrontation line). Poroshenko's national plan aimed at reintegrating Donbass into Ukraine, and called for the deployment of OSCE monitors between Donbass and Russia (on a supposed supply line). After having withheld for weeks the authorisation for OSCE to use UAVs, the Ukrainian government signed this authorisation only once assured that they would be used on the border with Russia (where OSCE observers always said that no weapons were passing) and not on the front line in Ukraine, and continued shelling OSCE teams away from the MH17 wreckage site (repeatedly on September 14 for example). Under these conditions, the Protocol was giving the OSCE monitors an ambiguous mission, asking them to sit on the Russo-Ukrainian border and monitor the cessation of the use of weapons on the front line, 50 to 150 kilometers away.

B- The Minsk Memorandum corrected the Protocol

Although the Memorandum introduces itself as the modalities of implementation of the Protocol, it actually distorts it since it was inapplicable, and replaces it with a practicable truce agreement.

1. Ceasefire considered as binding by both sides.

Either this is a rhetoric reinforcement, or it was necessary to write down the reciprocity.

2. Immobilisation of all units and military formations at the line of contact as of September 19.

This clause, common to most ceasefires, recognises the existence of a front line and prohibits even fireless maneuvers.

3. Prohibition of the use of any type of weapons and the conduct of offensive operations.

This clause was the first point of Putin's proposal, and is more realistic and likely to be applied on the field since it singles out offensive operations, puts the blame on the offender and doesn't appear to condemn the defender as much.

4. Withdrawal of weapons above caliber 100 mm to their maximum range from any locality (...).

This clause was the second point of Putin's proposal, the most important to really ensure a ceasefire, and the most needed for the civilian population.

5. Demilitarisation of the Komsomolskoye - Kumachevo - Novoazovsk - Sakhanka area, monitored ty the OSCE.

This clause, circumstantial to the situation beginning of September and therefore not mentionned by neither Poroshenko's plan nor Putin's proposal, aims at freezing the situation around Mariupol.

6. Prohibition, and removal, of landmine barriers in the security area.

This clause aims not only at permitting free circulation of people, but also at preventing the entrenchment of a real permanent border.

7. Prohibition of combat aircraft and UAVs, other than the ones of the OSCE, on a width of 30 km along the contact line.

This clause is an adaptation of the fourth point of Putin's proposal.

8. Deployment of a OSCE monitoring mission in the ceasefire area.

This clause was the third one of Putin's proposal, and is more a complete correction of the fourth one of the Protocol than a mere precision for implementation.

9. Withdrawal of all foreign armed groups, military hardware, militants and mercenaries from the territory of Ukraine, under OSCE supervision.

This clause is a precision and correction of the tenth one of the Protocol. It corrects it by removing the term "illegal" and it precises it by adding the term "foreign". What are now supposed to leave from Ukraine are no more the groups considered as illegal by Kiev, but all and only the foreign groups. Additionally, it's easier for an OSCE monitor to control the nationality of a person or a group than its legal status.

The Memorandum doesn't mention any more the political provisions written in the Protocol, and focuses exclusively on military matters, going into enough details for the parties to know what they have to do and for the OSCE to be able to report the implementation or any violation.

C- Prospects

From a polemological point of view, the ceasefire arrived at the moment when it was not so crucial any more, the conflict evolving towards a more conventional confrontation between two constituted armed forces and the defendent one beginning to push the attacking one away from the urbanised areas; as in Bosnia when, after six months (and some exchanges of population), it was no more a civil war but a more static confrontation between regular armies obeying to constituted governments and mainly trying to hold some entrenched frontlines. Nevertheless, a ceasefire is always welcome and a lasting peace even more.

From a humanitarian point of view, if the governmental forces (who fired again two SS-21 on September 20 against the chemical factory in Donetsk close to where the Russian humanitarian aid was getting unloaded) do withdraw their artillery to the distances agreed upon in the Memorandum, it will allow the restauration of a normal civil life (water and electricity notably), and probably even the return of part of the million people expelled towards Russia by the shelling of residential areas. This withdrawal is not certain to happen, since it would mean the end of the governmental anti-cities strategy, but it would be the main achievement of the Memorandum.

From the political point of view, the immobilisation of the governmental army and the possible pulling back of its heavy artillery and missiles is already interpreted, by the most extremist sectors in Kiev, as an unacceptable defeat, and the government is already threatened of a new coup d'état (the "third Maïdan"), but on the other hand its European supporters may be now more prone to suggest a more presentable way of resolving domestic political issues. On the long term, this way could lead to a Herceg Bosna or Republika Sprska scenario (unitarian or federal reintegration) instead of a Transnistria one (lasting de facto separation) or an Abkhazia one (full independence).

From the international law point of view, the OSCE, following the Helsinki and CSCE principles, intended to resolve what appeared to be an international crisis, by first promoting a ceasefire on the confrontation line between both warring factions, a ceasefire being a contract between two (or more) parties equally capable to sign it (the Iraqi government signed a ceasefire in 1991, but no ceasefire could be signed in Iraq in 2003 because there was no state left), or a treaty between two (or more) subjects of international law. The ambiguity of the case is that Ukraine is a member of the OSCE, while the de facto republics are not; in order to have two parties the OSCE called its other member Russia, which (having recognised Poroshenko's election) declared that it was a domestic Ukrainian conflict, and sent its embassador in Kiev. So the challenge for the OSCE was to settle what looked like an international dispute, in a formally national framework. Perhaps the first agreement, the Protocol, was necessary in order to reassure the Ukrainian government, by accepting to monitor better the Russo-Ukrainian border and to affirm Kiev's authority over the Donbass. Nevertheless the second agreement, the Memorandum, did mention the real frontline between the two Ukrainian warring factions, and laid down the military measures necessary to establish a ceasefire responding (more or less) to international standards.

Although the OSCE found itself, after the withdrawal of some governmental paramilitary units, confronted end of September to the unexpected need of serious forensic (and legal) competencies, the number of monitors deployed in (or coming to) the security zone along the last front line should enable it to effectively observe the truce, stabilise the respective positions and, should its mandate be renewed well after March 31, help transform the truce into a lasting peace.

In conclusion, contrarily to the Protocol, the Memorandum is a pragmatic ceasefire agreement, necessary, implementable, verifiable, and that can lead to a more permanent truce.

Three months later, and out of the OSCE context for which this note was diplomatically written, a sincere comment can more freely be made: it's precisely because the Memorandum is a real truce agreement that it will not be implemented. Everybody knew that the part that started the war, or more precisely the merciless crackdown on a then-defenseless population, had not changed its intentions. It was not even coerced into keeping (let alone implementing) the esthetic laws announced in the Protocol. Maneuver is the combination of fire and movement: the only reason why Kiev accepted to freeze tactical movements is the exhaustion of its own mobility capacity (vehicles) and the emerging of an operative (theater-wide) coordination on the other side, but it widely demonstrated that it will not withdraw (or turn off) its artillery until the last ballistic missile ot MLRS rocket is fired. And it is currently being strongly rearmed for the more international next stage.

mercredi 3 décembre 2014

pathétique cabinet mercenaire

Qu'un régime, certes arrivé par un coup d'état mais ensuite auto-régularisé par une parodie électorale dictée aux figurants par des tontons macoutes armés, et généreusement subventionné à bout de bras par des millions de contribuables malgré eux du monde riche, en soit réduit à soudoyer des proto-politiciens étrangers de bas étage (dont certains recherchés par la justice de leur pays voire par Interpol) pour exercer un gouvernement soi-disant indépendant, en dit long sur la décrépitude des ressources humaines d'un pays se réclamant pourtant de 45 millions d'habitants (dont 35 millions de prétendus sujets en faisant abstraction des prétendus occupants et des déjà expulsés), ainsi que sur le degré de support, et d'aspiration au service public, que ce régime peut escompter de la part d'une population au sein de laquelle il devrait quand même être possible de trouver au moins une dizaine d'individus compétents de carrure ministérielle. Mais en ex-Ukraine le mercenariat est tenu en haute estime et peut donc conduire aux plus hautes responsabilités...

mardi 2 décembre 2014

question bessarabe

La Bessarabie semble présenter un paradoxe, qui ne l'est absolument pas dans l'esprit de ses habitants. D'après les sondages, la grande majorité d'entre eux souhaite la réunion du peuple moldave (aujourd'hui divisé entre la Roumanie et la Moldavie ex-soviétique), c'est-à-dire l'absorption de la Moldavie ex-soviétique par la Roumanie ; et la grande majorité d'entre eux souhaite la conservation et le développement de leur économie, c'est-à-dire l'entrée dans l'Union Economique Eurasiatique (Russie, Biélorussie, Kazakhstan et Arménie).
 
Le résultat des élections législatives du 30 novembre, que la presse bessarabe qualifie de camouflet pour l'Union Européenne, n'est pourtant pas significatif pour au moins trois raisons. La première, c'est la déclaration d'anticonstitutionnalité de toute opinion contraire à l'intégration européenne, par la Cour Constitutionnelle de Moldavie le 9 octobre. La deuxième, c'est l'interdiction du parti Patria la veille même du scrutin (décision finale de la Haute Cour le 29 novembre), qui n'a pas laissé le temps au premier parti d'opposition de donner des consignes à ses électeurs désamparés. Et la troisième, c'est le brusque ralliement officiel du Parti Communiste à la cause uniopéiste (conséquence de la décision de la Cour Constitutionnelle), qui n'est pas forcément sincère et ne correspond pas aux opinions de ses membres. En interdisant toute orientation oppositrice mais en laissant aux partis existants la possibilité de se rallier au credo gouvernemental, le dernier réduit soviétique ressuscite le parti unique derrière une façade de pluripartisme. Aussi le résultat des élections législatives n'a-t-il aucun sens.
 
De toute façon le gouvernement de la Moldavie ne durera pas plus longtemps que cette dernière, et sauf erreur tous ses membres ont déjà la nationalité roumaine (le dernier à l'avoir demandée est le premier ministre). Que tout le gouvernement d'un état ait la nationalité de l'état voisin choquerait peut-être ailleurs (ici la Cour Constitutionnelle a d'autres priorités), mais certainement pas en Bessarabie où toute la population daco-roumanophone souhaite l'annexion par la Roumanie... sans sacrifier son économie tournée vers l'Est. Lorsque les habitants des cinq états est-allemands ont accepté (sans être consultés) leur annexion par la République Fédérale Allemande, la population de l'ex "treizième membre de la CEE" clandestin (RDA) en attendait une amélioration substantielle de son niveau de vie ; aujourd'hui les habitants de la Bessarabie, si le grand marché commun du libre commerce les oblige à fermer leur frontière orientale, ne peuvent espérer qu'au mieux une mise en coupe réglée (économique) à la roumaine, et au pire une mobilisation pour génocide à l'ukrainienne, contre un pays russophone qui, comme en ex-Ukraine, est le plus riche.
 
Car ni les Transnistriens russophones (depuis cette année même ceux qui avaient la nationalité ukrainienne se disent désormais Russes), ni les Gagaouzes russophones se disant parfois gagaouzophones (dialecte turc), ne sont prêts à accepter aujourd'hui la roumanisation qu'ils ont refusée lors du démembrement de l'URSS, or depuis peu ils sont adossés à un mur (ou à des fossés). En effet le pouvoir ukrainien né du coup d'état du 22 février 2014 a scellé la frontière autrefois perméable, coupé les approvisionnements terrestres et tenté d'asphyxier les troupes russes de maintien de la paix (reliquat de l'ancienne 14° armée rendue fameuse par Alexandre Lebed) présentes en vertu d'un accord tripartite. Quand bien même l'Union Européenne ne dicterait pas, comme en Ukraine fin 2013, un ultimatum de fermeture de frontière et d'abandon de toute vélléité de commerce avec la Russie, les Etats-Unis d'Amérique ont, eux, déjà des troupes à Chisinau, dont certaines composantes peu discrètes ont ces derniers mois fait la une de la presse moldave et inquiété la population locale.
 
Ici comme ailleurs les Etats-Unis n'ont aucune vélléité de conquête, d'ailleurs aux dernières nouvelles ils ne font pas encore partie de l'Union Européenne (ils y travaillent mais c'est un autre débat), mais ils ont néanmoins des vélléités de déstabilisation et destruction, dans le but de l'affirmation du dollar. Evidemment ils ne s'intéressent ni à la Transnistrie ni à la Gagaouzie ni même à la Moldavie, ils visent là encore la Russie qu'ils espèrent attirer dans un piège qui puisse leur servir de prétexte à une frappe plus directe. Or la Transnistrie et la Gagaouzie sont dix fois moins peuplées que la Novorussie mais cependant dix fois plus peuplées que l'Ossétie du Sud, ce qui laisse augurer encore beaucoup de souffrances indicibles, tant pour eux que pour les Moldaves dont un gouvernement uniopéo-stalinien peut avoir des tentations du genre Pravy Sektor.
 
Car certes la reconstitution de l'ancienne principauté de Moldavie, et la réunification de tous les peuples daco-roumanophones, est logique et attendue depuis plus de vingt ans (comme la réunification des peuples magyars). Mais la dissolution de la Bessarabie pourrait s'effectuer dans le respect de l'égalité de ses peuples, en accordant aux Transnistriens et aux Gagouzes le même droit d'autodétermination et de réunification transfrontalière qu'aux Moldaves... ce qu'on devrait aussi autoriser aux peuples russes du Boudjak et d'Odessa, de l'autre côté ; si tant est, du moins, que l'on cherchait le bonheur des peuples plutôt que les dividendes de la guerre.

rappel pour la sécurisation des églises

En abrogeant l'urgence plutôt que l'état, le gouvernement a signifié qu'il s'accommodait de la menace (il a d'ailleu...