mardi 14 octobre 2014

caravane publicitaire allemande

La caravane publicitaire allemande, destinée à effacer des archives journalistiques et des mémoires populaires les convois humanitaires russes, n'ira pas dans les zones détruites par la campagne d'imposition de l'ordre nouveau né du coup d'état du 22 février à Kiev, et d'éradication des populations y réfractaires.
 
D'après son programme cette caravane publicitaire se produira à Kharkov, Zaporojie, Dniepropetrovsk, Marioupol et Slaviansk. Les quatre premières villes n'ont pas été visées par le génocide. Le soulèvement non-violent contre le coup d'état avait bien commencé à Kharkov mais la ville a fini par se soumettre au nouveau régime, dont les milices terminent en ce moment même l'épuration urbaine en tombant les statues rappelant l'histoire russe de la ville (Catherine II, Pouchkine...). A Zaporojie comme à Dniepropetrovsk (mais aussi Kharkov, Odessa et Kherson) la résistance commence tout juste à s'organiser et ne prendra les armes que lorsque les forces régulières et paramilitaires gouvernementales seront occupées à reprendre l'offensive contre la Novorussie. Marioupol n'a finalement pas été libérée par les forces d'auto-défense de Donetsk, qui auraient dû pour cela laisser sans défense le nord de la Novorussie. Quant à Slaviansk, où il restait 6% d'indigènes au moment de la chute de la ville assiégée et détruite par l'équivalent d'une division motorisée soviétique renforcée, déjà au moins un tiers de la population originale a été remplacée par des Galiciens ou autres Ukrainiens occidentaux (d'après l'accent des gens que certains déplacés tentant de rentrer ont trouvés dans leurs appartements et maisons) payés pour se muter dans le sud-est, en expérimentation du programme de repeuplement de 250000 personnes préparé pour novembre par des conseillers états-uniens. Ce n'est donc pas aux victimes que s'adresse cette caravane.
 
Le gouvernement allemand a bien assuré le pouvoir kiévien que sa caravane publicitaire n'entrerait pas dans les régions réfractaires. Elle visitera donc des régions où l'armée gouvernementale n'a pas détruit les installations de potabilisation d'eau et bombardé les hôpitaux et les centrales et transformateurs électriques, où aucun lance-roquettes multiple n'a ravagé les zones résidentielles et aucun missile balistique SS-21 n'a été tiré, où les milices paramilitaires gouvernementales n'ont pas commis de viols, massacres et collectes d'organes vifs sur la population civile. Comme l'armée défensive de Novorussie n'a pas contre-attaqué en territoire néo-ukrainien, la caravane allemande traversera des villes qui n'ont jamais été bombardées, où l'eau et l'électricité n'ont jamais été coupées, où les infrastructures vitales et les services publics fonctionnent, où il n'y a eu aucun mort et où la population continue de travailler normalement (encore une fois, à part Slaviansk).
 
Alors que deux chars Léopard, arrivés pour les "manoeuvres de l'OTAN dans le nord-ouest" à la mi-septembre ont été détruits par la résistance lorsqu'ils sont arrivés dans le sud-est (parmi un certain nombre de chars allemands s'étant trompés de destination), et que la presse des pays de l'OTAN a longtemps émis toutes les suppositions possibles concernant le contenu du premier convoi humanitaire russe, personne ne semble s'intéresser au contenu de la caravane publicitaire allemande qui commence sa tournée dans les régions entourant la zone de l'opération gouvernementale d'épuration ethnique...

dimanche 5 octobre 2014

révolution des parapluies ou révolution pivoine

On se demande que penser de la révolution des parapluies : c'est peut-être le premier acte de la révolution pivoine.
 
La minorité riche et favorisée d'un pays se révolte rarement spontanément. La prospérité et la liberté de Hong Kong ne sont menacées ni par l'économie de Shangaï ni par la politique de Pékin. Cependant selon Robert Work, sous-secrétaire à la Défense des Etats-Unis d'Amérique, "la Chine et la Russie veulent modifier l'ordre mondial établi il y a 70 ans" et les Etats-Unis éviteront aussi longtemps que possible le "recours à la force militaire" contre cette intention sino-russe (déclaration du 30 septembre 2014).
 
En étudiant les possibilités stratégiques des Etats-Unis on voit qu'ils se préparent certes à attaquer militairement la Russie (ou à le faire faire par leurs supplétifs uniopéens), mais on peut deviner aussi que face à la Chine ils s'apprêtent plutôt à lui couper ses voies d'approvisionnement maritimes (détroits de Malacca puis Sonde et Lombok), puis à saper sa future crédibilité monétaire (on y reviendra).
 
Cela n'empêche pas une opération Otpor, qui a peut-être commencé à Hong Kong.