mardi 13 juillet 2010

laïcité ou ordre public

Ainsi, sous prétexte de burqa, il est désormais interdit de porter une croix ou une étoile de David à l'école à Charleroi. Bientôt il sera interdit de porter la kippa ou l'alliance de mariage dans tous les lieux publics de Belgique, comme en France.

Pourtant le port du voile prétendu "islamique" n'est pas un précepte musulman, et de plus en plus de pays musulmans, y compris gouvernés par des islamistes (Egypte, Iran ou Turquie par exemple), interdisent la burqa au nom, évidemment, de l'ordre public. Ce n'est qu'une coutume culturelle, différente d'un pays à l'autre. Le Coran n'impose pas plus aux femmes de porter le hijab ou la burqa qu'elle n'impose aux hommes de porter le fès, le chèche ou le keffieh. Et quand l'Etat interdira aux filles de porter un soutien-gorge au prétexte que cacher sa poitrine est une pratique chrétienne oppressive de la liberté des femmes et contraire au fondement laïque de la république, il sera temps de les exfiltrer (ou de rétablir un régime respectueux de la dignité humaine).

Mais les laïcistes européens tiennent à en faire un symbole religieux et à l'interdire à ce titre et seulement à ce titre (même certains mouvements féministes s'y mettent). Il est intéressant qu'afin de masquer leurs appels à l'anticléricalisme (qui provoqueront la guerre de religion) ils ajoutent, à Charleroi du moins, une interdiction des symboles politiques et philosophiques (le politicien n'est pas assez puissant pour interdire les symboles syndicaux). Sus au bonnet phrygien, symbole franc-maçon de l'idéologie droit-de-l'hommiste ! Attendons les réactions des porteurs de symboles des philosophies de "tolérances", comme les arcs-en-ciels de l'orgueil sodomito-lesbien ou les A encerclés que beaucoup de lycéens même pas suspects d'anarchisme arborent encore sur leurs cartables et musettes.

Tout cela donne de plus en plus envie de s'arrêter à un contrôle routier policier habillé en Touareg athée, puisque c'est seulement au nom de l'anti-religiosité qu'il est interdit de se masquer et non pas au nom de l'ordre public... de plus le véhicule étant en droit un "prolongement du domicile" et non pas un espace public, il faudra une intromission supplémentaire dans la vie privée pour que l'Etat y dicte son code de conduite vestimentaire anti-religieuse, puisqu'il refuse de le dicter au nom de la nécessité de se présenter à visage découvert.

En politisant et idéologisant une question pratique, les laïcistes qui veulent voir et pourfendre de la religion partout orientent le débat et poussent leurs victimes vers des retranchements religieux voire intégristes. Ce débat commence à peine. Si les termes n'en sont pas changés rapidement, il sera poussé jusqu'à l'absurde, et ce sera douloureux pour la société.

rappel pour la sécurisation des églises

En abrogeant l'urgence plutôt que l'état, le gouvernement a signifié qu'il s'accommodait de la menace (il a d'ailleu...